{$alternaterss} {$rssnew}
AccueilProjetMultimédiaPlanDuSiteRechercheContactMembresForumsRSS {$debit_bas}  
Accueil
Vie à NazarethPanorama de sa vieEcritureDoctrine La Prière avec MarieDans le Judaïsme, l'Islam ...La Vierge dans l'ArtLes grands témoins marialsMarie remplit le mondeLes appels d'une mère
La Vierge dans l'Art
Accueil Projet
Français
English
Deutsch
Español
Italiano
Polski
Português
Português brasileiro
Русский
Ελληνικά
العربية
汉语
日本語

La Vierge dans l'Art
Share |
 

Les icônes et leur histoire

Nous connaissons les icônes déjà depuis le 5e ou 6e siècle, mais elles semblaient avoir disparu dans la première moitié du 20e siècle. Pourtant il n'en était rien, elles avaient simplement été interdites : durant l'ère Soviétique en Russie il était strictement défendu de peindre des icônes. Malgré cela, plusieurs peintres faisaient des icônes ou ils les restauraient, en secret. Dans la deuxième moitié du 20e siècle les icônes étaient de retour...

 

On peut alors se poser la question : qu'est ce qui fait que l'icône soit si spéciale? Qu'est ce qui fait qu'il y ait des gens, moines et autres, qui soient prêts à risquer leur vie en peignant des icônes? "Le Christ", dit St-Paul, "est l'Image [visible] du Dieu invisible" (Col. 1, 15). En d'autres mots : « L'iconographie chrétienne exprime en images la même Bonne Nouvelle que celle que les Saintes Écritures nous communiquent en mots. L'image et les mots s'illuminent. » (cf le Catéchisme de l'Eglise catholique, IIè partie: "La célébration du mystère chrétien", section 1160)

Les premières images

Il fallut un long chemin pour voir apparaître l'Icône telle que nous la connaissons aujourd'hui à travers ses représentations anciennes. Ce chemin traverse des contextes historiques complexes et des dépendances culturelles diverses. Il passe également par la guerre des saintes images pendant laquelle la furie des iconoclastes a détruit d'innombrables icônes très vénérées.

 

Les premières images qui nous sont parvenues sont des peintures des catacombes du IIIe siècle. Elles montrent la Mère de Dieu lors de l'adoration des Mages. C'est dire que ces images sont subordonnées aux thèmes christologiques. Ceci n'est pas étonnant : de même que la Mariologie s'est développée à partir de la Christologie, de même l'iconographie de Marie dépend de l'iconographie du Christ.

 

Mais les visages des catacombes ne sont pas des images du culte : elles ne sont pas vénérées car elles ne sont pas des représentations portraitiques du Christ et de la Vierge et restent dans la sphère du symbole. Et l'image sacrée ne peut dépasser cette limite, car l'Église n'a pas encore mis complètement en perspective les dimensions du mystère de l'Incarnation qui vont apparaître lors des premiers Conciles.

La Sainte Vierge Marie proclamée Mère de Dieu

À partir du IVe siècle, l'iconographie va connaître un développement très important. Parmi les nombreuses raisons qui en sont la cause, il y a l'avènement de l'empereur Constantin au IVe siècle et sa conversion spectaculaire. Le christianisme est institué religion d'État en 380, et l'Église entre dans une ère de paix. C'est alors que commence une création esthétique qui déterminera l'art des siècles suivants. Un troisième concile œcuménique est réuni à Éphèse en 431 et proclame Marie : Mère de Dieu. Alors, on se met à représenter la Mère de Dieu trônant solennellement avec l'Enfant divin sur ses genoux : la Mère de Dieu Kyriotissa (1 ).

 

Voici quelques hommages à la Vierge Marie prononcés par l'évêque d'Alexandrie lorsque Marie fut proclamée, Mère de Dieu :

Par Toi la Trinité est glorifiée et adorée !

Par Toi le ciel exulte, les anges se réjouissent, les démons sont mis en fuite !

Par Toi toute la création, esclave de l'idolâtrie, parvient à la vérité

Par Toi des églises sont fondées sur toute la terre et les peuples se convertissent !

L'iconoclasme : la guerre des saintes images et le triomphe de l'Orthodoxie

Cependant, un grand duel va s'engager entre partisans et ennemis des icônes, entre défenseurs de l'Orthodoxie et hérétiques : les iconoclastes, de 730 à 843. La guerre est doctrinale. Une première période (730 à 780) commence en 730 lorsque Léon l'Isaurien (726-741) décrète l'interdiction du culte des icônes qu'il qualifie d'idolâtrie. Mais ce n'est pas seulement une querelle religieuse ; c'est la fin d'une époque, l'aboutissement de multiples tendances, religieuses, politiques et économiques mettant en question les valeurs dans tous les domaines.

 

C'est un phénomène complexe. Pourtant les questions dogmatiques forment le fond du problème. Suit une période de rétablissement des saintes images (780-813); puis une nouvelle période iconoclaste (813 à 842) éclate qui prend fin en 842. Un nouveau Concile s'ouvre en 843 et l'Orthodoxie connaît le triomphe avec l'exaltation des icônes dans toutes les églises, à la suite de la réaffirmation magistérielle solennelle de l'Incarnation du Verbe : "le Verbe indescriptible du Père s'est fait descriptible, en s'incarnant de Toi, Mère de Dieu."

 

________________

(1) La plus ancienne icône connue est sans doute celle de la "Vierge en majesté" conservée au monastère Sainte Catherine au Sinaï. La fameuse icône "Salus populi Romani", très vénérée à Rome, date du VII ou VIIIè siècle, comme celle de "Sancta Maria Antiqua", conservée aussi à Rome.

 

Bibliographie :

DONADEO Maria, Icônes de la Mère de Dieu, Paris, 1987

NOUWEN Henri, Behold the Beauty of the Lord, 1991

ROUSSEAU Daniel, L'Icône, Splendeur de Ton Visage, Paris, 1982

SENDLER Egon S.J., L'Icône, Image de l'invisible, Paris, 1981

SENDLER Egon S.J., Les icônes byzantines de la Mère de Dieu, Paris, 1992

 

Guide des icônes byzantines

 

 

Saturday 02. of January 2016 Enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis …

2 janvier – Grèce, Mont Athos : Mémorial de la Panaghia Portaitissa (Sainte Gardienne de la Porte) - Les antiques apparitions de Marie en l'Eglise Anastasie de Constantinople


Afficher les résultats 1 à 1 sur un total de ###SPAN_BEGIN3646

1

2

3

4

5

6

7

Suivante >



{$print} 

 2006 - mariedenazareth.com - Powered by TYPO3