{$alternaterss} {$rssnew}
AccueilProjetMultimédiaPlanDuSiteRechercheContactMembresForumsRSS {$debit_bas}  
Accueil
Vie à NazarethPanorama de sa vieEcritureDoctrine La Prière avec MarieDans le Judaïsme, l'Islam ...La Vierge dans l'ArtLes grands témoins marialsMarie remplit le mondeLes appels d'une mère
La Vierge dans l'Art
Accueil Projet
Français
English
Deutsch
Español
Italiano
Polski
Português
Português brasileiro
Русский
Ελληνικά
العربية
汉语
日本語

La Vierge dans l'Art
Share |
 

L’arbre de Jessé : l’articulation de la grâce sur les réalités charnelles

 

Les ancêtres du Christ.

L'arbre de Jessé représente un ancêtre du Christ (Jessé) ou plusieurs (Jessé, David, Salomon, etc.). Cependant, ce  n'est pas d'abord un arbre généalogique, c'est une représentation dont la signification est plus profonde.

Si on rapproche l'image des textes théologiques anciens, le fait que l'arbre de Jessé représente un arbre à la végétation luxuriante surmonté du Christ évoque « l'idée de l'arbre de vie, du Christ, de la croix, de l'Eglise, celle de la vie spirituelle et du salut »[1].

 

Les prophètes.

Quand ils sont représentés, les prophètes sont à l'extérieur de la végétation (Saint Denis, Chartres, Sainte Chapelle), soit dans les volutes mais toujours dans une position latérale par rapport à la lignée.

Leur présence souligne la valeur spirituelle de la représentation d'ensemble.

 

Motifs annexes.

Parfois, des motifs annexes représentent les préfigurations de la conception virginale et de l'Incarnation dans l'Ancien Testament.

 

De la génération charnelle de Jessé à la génération virginale du Christ.

Jessé : Jessé est rarement debout, la plupart du temps il est couché.

 

Pour certains auteurs le motif de Jessé endormi peut trouver sa source dans l'épisode du songe de Jacob, qui voit une échelle entre la terre et le ciel, préfiguration de l'incarnation, et à partir du XIII° siècle, quand est représenté la Vierge portant le Christ enfant, le motif de Jessé endormi trouverait sa source dans l'épisode du sommeil d'Adam pendant la création d'Eve car la Vierge Marie est aussi la nouvelle Eve, exempte du péché originel[2].

 

Cependant, une explication est encore plus générale et plus évidente : si parfois l'arbre est derrière Jessé, la plupart du temps, du moins dans les représentations anciennes, l'arbre sort de la région du bas de l'abdomen de Jessé : l'artiste veut montrer la génération charnelle, les liens du sang, la parenté biologique.

 

En haut de l'arbre, Marie, le Christ et l'Esprit Saint (qu'ils soient l'un au dessus de l'autre où que l'on ait peint une Vierge à l'enfant) représentent la génération virginale, spirituelle, par le lien de la charité.


Fondamentalement, l'arbre de Jessé traduit « une articulation hiérarchique allant de la génération charnelle, c'est-à-dire sexuée, à la génération spirituelle, excluant toute sexualité. »[3]

Soyons clair, « le christianisme n'est nullement un dualisme, tout au contraire : le dualisme y a toujours été dénoncé comme hérésie. Les thèmes de l'Incarnation et de la Rédemption correspondent à l'idée d'une transmutation possible de la génération charnelle, négative parce que liée à la sexualité et découlant du péché originel, en une parenté spirituelle, figurée par la naissance virginale du Christ. »[4]

Et l'Eglise opère l'articulation hiérarchique de la parenté biologique à la parenté spirituelle.

 

Par exemple, le baptême est une naissance spirituelle ; le rite est célébré par des clercs qui vivent la continence ou la virginité. Le parrain et la marraine de baptême ont une relation de génération spirituelle avec le ou la baptisé(e) sans l'avoir engendré(e) (et ils ne doivent pas se marier avec le ou la filleule).

Les confraternités en tout genre (fraternité du rosaire, fraternité autour d'un saint patron, etc) établissent aussi des liens de « caritas » qui dépassent les liens de consanguinité.

 

L'arbre de Jessé, en articulant les liens de génération spirituelle (la Vierge, le Christ, l'Esprit Saint) au-dessus des liens de génération sexuée (Jessé et les rois) affirme que plus que les liens du sang, c'est la « caritas » (la charité) dont l'origine est en Dieu, qui cimente la société chrétienne.

 

La Vierge Marie ou l'Eglise ?

On sait que dans l'antiquité et au Moyen Age, dans les représentations du couronnement de la Vierge, la Vierge représente fréquemment aussi bien Marie que l'Eglise.

Il en est de même dans la représentation de l'arbre de Jessé.

Jessé et les rois représentent l'engendrement charnel. La Vierge, le Christ et l'Esprit Saint représentent l'engendrement spirituel. Jésus est né de l'Esprit Saint et de la Vierge Marie. Marie est aussi le modèle de l'Eglise qui engendre des fils, virginalement (par la foi) et par l'Esprit Saint, dans les sacrements, le baptême était d'ailleurs appelé « ré-génération ».  [5]

 


[1] M.G. Balzarini, "Albero di Jesse", Iconografia e arte cristiana, diretto da Liana Castelfranchi, Maria Antonietta Crippa. Edizioni San Paolo, Milano 2004,  p. 155

[2] Anita Gerreau-Jalabert, Ibid.,p. 55-57

[3] Anita Gerreau-Jalabert, Ibid., p. 146

[4] Anita Gerreau-Jalabert, Ibid., p. 156

[5] Anita Gerreau-Jalabert, Ibid., p. 161-162

Françoise Breynaert

 

Icône de l'arbre de Jessé. Anonyme du XVII°s

Icône de l'arbre de Jessé. Anonyme du XVII°s - wikimedia CC public domain

Saturday 02. of January 2016 Enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis …

2 janvier – Grèce, Mont Athos : Mémorial de la Panaghia Portaitissa (Sainte Gardienne de la Porte) - Les antiques apparitions de Marie en l'Eglise Anastasie de Constantinople


Afficher les résultats 1 à 1 sur un total de ###SPAN_BEGIN3646

1

2

3

4

5

6

7

Suivante >



{$print} 

 2006 - mariedenazareth.com - Powered by TYPO3