{$alternaterss} {$rssnew}
AccueilProjetMultimédiaPlanDuSiteRechercheContactMembresForumsRSS {$debit_bas}  
Accueil
Vie à NazarethPanorama de sa vieEcritureDoctrine La Prière avec MarieDans le Judaïsme, l'Islam ...La Vierge dans l'ArtLes grands témoins marialsMarie remplit le mondeLes appels d'une mère
La Vierge dans l'Art
Accueil Projet
Français
English
Deutsch
Español
Italiano
Polski
Português
Português brasileiro
Русский
Ελληνικά
العربية
汉语
日本語

La Vierge dans l'Art
Share |
 

L'Immaculée dans l'art

Giotto di Bondone. La rencontre d'Anne et Joachim à la porte dorée. Eglise de l'Arena à Padoue

Giotto di Bondone. La rencontre d'Anne et Joachim à la porte dorée. Eglise de l'Arena à Padoue (chapelle Scrovegni). Fresque 1303-1306. Wikimedia CC.

Arbre de Jessé enluminure vers 1510-20 Ecosse

Arbre de Jessé. Master of James IV of Scotland Flemish, Bruges and Ghent or Mechelen, 1510 – 1520. Tempera, or et encre sur parchemin (9 1/8 x 6 9/16 in). MS. LUDWIG IX 18, FOL. 65. Wilkimedia CC.
Au sommet, Marie et son Fils, dans un lys évoquant la conception immaculée de Marie.

Luca signorelli immacolata concezione Wikimedia CC

Luca Signorelli, L’Immaculée de la promesse et des prophéties, 1521-1523, huile sur bois, 217 cm x 210 cm, Museo Diocesano, Cortone (Italie). Wikimedia CC.
Marie est enceinte : elle est la mère immaculée du Fils de Dieu.
A ses pieds, les prophètes (David, Salomon, Ezéchiel, Isaïe, Balaam, Aaron), et la scène du péché originel. En Marie s’accomplissent les prophéties et la rédemption du péché originel.

Bartolomeo Estéban Murillo, Immaculée conception. Vers 1650. Huile sur toile

Bartolomeo Estéban Murillo, Immaculée conception. Vers 1650. Huile sur toile 436 x 297 cm. Couvent de Saint François, Seville (Espagne). Wikimedia CC.

Médaille miraculeuse

Médaille miraculeuse. Wikimedia, Xhienne, GNU Free Documentation License

 

Pour évoquer la conception de la Toute sainte, les Eglises d'Orient ont des icônes de la rencontre d'Anne et Joachim, ou de la Nativité de Marie.

En Occident, l'approbation, en l'an 1476, par le pape Sixte IV de l'office liturgique de l'Immaculée conception a donné sur ce thème une impulsion aux artistes.

 

La rencontre d'Anne et Joachim.

L'Immaculée conception est d'abord représentée par la rencontre d'Anne et Joachim. L'immaculée conception est le fruit du reste saint d'Israël. La rencontre à la Porte Dorée précédée par les apparitions d'un age annonciateur à Joachim et Anne séparés et dans l'affliction et la prière, fut vraiment l'image classique de la conception de Marie jusqu'aux environs du XVI° siècle.

Attention, le chaste baiser d'Anne et Joachim fut le signe de la conception de Marie, et non pas la cause miraculeuse de sa conception. Le pape Innocent XI, en l'an 1677 condamna l'idée d'une conception virginale par sainte Anne. (Aug. M. Lepicier, p. 2-5)

 

L'Arbre de Jessé.

Les arbres de Jessé exaltent la généalogie du Christ. Beaucoup d'artistes ont voulu aussi représenter la conception immaculée de Marie. Lorsqu'au sommet de l'arbre s'épanouit une fleur, lis ou rose surtout, au centre de laquelle se trouve la Vierge, seule ou avec l'enfant, l'artiste a voulu magnifier sa Conception Immaculée (Aug. M. Lepicier, p. 8-9).

 

L'Immaculée conception guérison du péché originel.

Puis au début du XVI° siècle apparaît un nouveau type iconographique, en référence à Genèse 3. Le peintre montre sous un arbre Adam et Eve : l'Immaculée conception est la guérison du péché originel.

Exemple : Luca Signorelli, L'Immaculée de la promesse et des prophéties (ci-joint).

Marie est enceinte : elle est la mère immaculée du Fils de Dieu.

A ses pieds, les prophètes (David, Salomon, Ezéchiel, Isaïe, Balaam, Aaron), et la scène du péché originel. En Marie s'accomplissent les prophéties et la rédemption du péché originel.

 

L'Immaculée « aux litanies » ou « aux emblèmes bibliques ».

« Dans les premières années du XVI° siècle (Le premier exemple date de 1503), on vit apparaître une figure de la Vierge, pleine de poésie. C'est une toute jeune fille, presqu'encore une enfant ; ses longs cheveux couvrent ses épaules. Elle a le geste que Michel Ange donne à son Eve apparaissant à la vie : elle joint les mains pour adorer. [...] Dieu se montre au-dessus d'elle et il prononce, en la voyant si pure, la parole du Cantique des cantiques, « tota pulchra es, amica mea e macula non est in te ». Et, pour rendre sensible cette beauté et cette pureté de la fiancée que Dieu a choisie, l'artiste a réalisé les plus suaves métaphores de la Bible : il a disposé autour d'elle le jardin fermé, la Tour de David, la fontaine, les lys des vallées, l'étoile, la rose, le miroir sans tache. Ainsi, tout ce que l'homme admire dans le monde n'est qu'un reflet de sa beauté virginale. » (Mâle cité par Aug. M. Lepicier, p. 52).

 

La femme de l'Apocalypse.

Ensuite apparaît une composition qui associe l'Immaculée à la femme d' Apocalypse 12 : la lune sous les pied, enveloppée de soleil.

Et, en variante de la composition précédente, Marie allaite l'enfant Jésus.

 

Murillo.

En Espagne, Murillo et ses imitateurs, et quelques-uns de ses prédécesseurs, ont voulu montrer la nature humaine dans toute son intégrité, et la Vierge Marie toute belle, sans l'ombre d'une imperfection. La Vierge immaculée est représentée seule, dans la lumière, sous le regard des trois personnes divines, elle est la mère immaculée voulue par Dieu en pensant à l'Incarnation du Fils.

« Murillo fixe quelque chose de l'ineffable sur le visage en extase de l'Immaculée. Non seulement il stimule la foi et engage à la prière, mais il hausse à la contemplation de Celle qui est la joie de Dieu. » (M. Vloberg, cité par Aug. M. Lepicier, p. 148).

 

En extrême Orient, la symbolique de la fleur de lotus.

Le lotus est en Inde et en Chine le symbole de la pureté, comme le lys en Occident.

La fleur de lotus dans les lacs et les fontaines pousse sans avoir de contact visible avec la terre, sans contact avec les impuretés de la terre. De là vient sa symbolique :

La représentation de la Vierge Marie sur une fleur de lotus signifie qu'elle est exempte des imperfections et des impuretés de la terre. Il en est de même pour les représentations où le vêtement de la Vierge Marie forme des volutes en fleur de lotus. (D. Estivill, p. 869).

 

Les apparitions de Lourdes, de la Rue du Bac à Paris, et de Fatima au Portugal offrent de nouvelles iconographies de l'Immaculée.

En particulier, une très belle icône de Notre Dame de Fatima, représentant son cœur immaculé comme une hostie (cœur parfaitement uni au Christ eucharistique) - cliquez pour voir.

 


Sources :

D. Estivill, "Maria", Iconografia e arte cristiana, diretto da Liana Castelfranchi, Maria Antonietta Crippa. Edizioni San Paolo, Milano 2004, p.860-869

Giuseppe Maria TOSCANO, La vita e la missione della Madonna nell'arte, I, Carlo Pellerzi editore, 1989, p. 94-99

Aug. M. Lepicier, L'immaculée conception dans l'art et l'iconographie, éditions servites SP1, 1956, p. 1-9, p. 52 et p. 148.

Synthèse F. Breynaert

 

Saturday 02. of January 2016 Enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis …

2 janvier – Grèce, Mont Athos : Mémorial de la Panaghia Portaitissa (Sainte Gardienne de la Porte) - Les antiques apparitions de Marie en l'Eglise Anastasie de Constantinople


Afficher les résultats 1 à 1 sur un total de ###SPAN_BEGIN3646

1

2

3

4

5

6

7

Suivante >



{$print} 

 2006 - mariedenazareth.com - Powered by TYPO3