{$alternaterss} {$rssnew}
AccueilProjetMultimédiaPlanDuSiteRechercheContactMembresForumsRSS {$debit_bas}  
Accueil
Vie à NazarethPanorama de sa vieEcritureDoctrine La Prière avec MarieDans le Judaïsme, l'Islam ...La Vierge dans l'ArtLes grands témoins marialsMarie remplit le mondeLes appels d'une mère
La Vierge dans l'Art
Accueil Projet
Français
English
Deutsch
Español
Italiano
Polski
Português
Português brasileiro
Русский
Ελληνικά
العربية
汉语
日本語

La Vierge dans l'Art
Share |
 

L’iconostase

Origine

En Orient, dans la période post-byzantine, le chancel devint une iconostase qui séparait complètement la nef du sanctuaire ainsi soustrait aux regards du fidèle. En Occident, au contraire, les icônes reculèrent jusqu'à la sainte table.[1]

 

Signification:

Souvent incomprise de nos jours, l'iconostase doit être réévaluée en fonction de la théologie de l'icône. Même si elle tend parfois à la devenir, elle n'est en aucun cas une barrière, mais l'expression maximale de ce qui peut être manifesté visuellement, car derrière elle, il n'y a rien à voir, en ce sens que le mystère célébré ne se situe plus au niveau de la vision, mais de la communion.

Ainsi, la fonction de l'iconostase de ne se limite pas à récapituler à nos yeux l'histoire sur salut, ce qui est déjà très important ; elle suggère encore le passage dans un autre monde invisible à nos yeux de chair. Elle invite à la communion avec l'Eglise céleste[2].

 

Description:

Tout en haut : la rangée des icônes des patriarches.

En dessous, les icônes des prophètes.

En dessous, les icônes des fêtes liturgiques.

Vient ensuite la Deisis, avec au centre l'icône du Christ, à sa droite et à sa gauche intercèdent la très sainte Vierge Marie Theotokos, et saint Jean Baptiste le précurseur.

Ensuite, la porte sainte ou porte royale (le Christ étant le roi de gloire).

 

Contempler des exemples:

Déisis de l'iconostase de la cathédrale de la Dormition au monastère Saint-Cyrille du Lac blanc (Photo : N. Senèze). Cliquez pour voir.

 


[1] Ivan Ninic, Icônes, Première édition par Jugoslavija Publishing house, Beograd 1980, édition française : Comptoir du livre, Paris 1986, introduction.

[2] Michel Quenot, L'icône, fenêtre ouverte sur le Royaume, Cerf, Paris 2001, p. 57.


Françoise Breynaert

 

 

Saturday 02. of January 2016 Enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis …

2 janvier – Grèce, Mont Athos : Mémorial de la Panaghia Portaitissa (Sainte Gardienne de la Porte) - Les antiques apparitions de Marie en l'Eglise Anastasie de Constantinople


Afficher les résultats 1 à 1 sur un total de ###SPAN_BEGIN3646

1

2

3

4

5

6

7

Suivante >



{$print} 

 2006 - mariedenazareth.com - Powered by TYPO3