{$alternaterss} {$rssnew}
AccueilProjetMultimédiaPlanDuSiteRechercheContactMembresForumsRSS {$debit_bas}  
Accueil
Vie à NazarethPanorama de sa vieEcritureDoctrine La Prière avec MarieDans le Judaïsme, l'Islam ...La Vierge dans l'ArtLes grands témoins marialsMarie remplit le mondeLes appels d'une mère
Marie dans le Judaïsme, l'Islam et les autres religions
Accueil Projet
Français
English
Deutsch
Español
Italiano
Polski
Português
Português brasileiro
Русский
Ελληνικά
العربية
汉语
日本語

Marie dans le Judaïsme, l'Islam et les autres religions
Share |
 

La prophétie enlevée aux prophètes...

Les prophètes, valorisé par les uns, dévalorisés par les autres[1]

D'une part, chez les Juifs la Tora est complètement soustraite à toute dépendance de forces non naturelles : prophétie inspirée par l'esprit de sainteté ou bat qol (voix céleste)... R. Isaac et Reish Laqish diront que tout ce que prophétisent les prophètes, ils l'ont reçu du Sinaï. Et les prophètes ne sont venus qu'en raison du péché, comme l'enseigne R. Ada b. R. Hanina :

« Si les israélites n'avaient pas péché, ils n'auraient reçu que les cinq livres de la Tora et le livre de Josué qui décrit la distribution du pays d'Israël [entre les tribus]. »[2]

 

D'autres part, les auteurs des écrits apostoliques et les pères de l'Eglise fondèrent l'essentiel de leur enseignement sur les passages des Prophètes, qu'ils considéraient comme leurs ancêtres spirituels.

 

A l'opposé, les Amoraïm [les sages juifs]  élevèrent les sages et la Loi orale au niveau des Prophètes, et même leur conférèrent la prééminence sur ces derniers. A la fin du III° siècle, R. Avdimi de Haifa déclare :

« Depuis la destruction du Temple, la prophétie fut enlevée aux prophètes et données aux sages. » (Talmud de Babylone Bava Batra 12 a).

Le thème sous-jacent à cette opinion est transmis au début du IV° siècle au nom de R. Tanhum ben Hiyya :

« A quoi un prophète et un ancien sont-ils comparables ? A un roi qui envoie deux de ses agents dans une province. Concernant le prophète, il écrit : « S'il ne vous montre par mon sceau et mon cachet officiel, ne le croyez pas ! ». Concernant le sage, il écrit : « Bien qu'il ne puisse produire mon sceau et mon cachet, croyez-le ! C'est pourquoi il est écrit du prophète : et te propose un signe ou un prodige (Dt 13, 2) ; mais concernant l'autre ici : selon les instructions qu'ils te donneront (Dt 17, 11)[3].

 

Pourtant, les prophètes et les hagiographes sont Torah[4]

[Cette façon juive de considérer les prophètes ne signifie pas qu'ils ne fassent pas partie des Ecrits révélés, mais d'une manière fort différente que celle que les juifs devenus chrétiens considèreront:]

 

Elie lui-même n'offrit des sacrifices sur une hauteur qu'après avoir interprété un passage scripturaire et non sous l'impulsion de l'inspiration divine[5].

 

C'est de cette façon que les Amoraïm considèrent que les prophètes et les hagiographes sont Tora.

 


[1] Ephraïm E. Urbach, Les sages d'Israël, Cerf, Paris 1996 (traduit de l'hébreu par Marie-José Jolivet. Edition originale, Jérusalem 1979), p.318-319

[2] Talmud de Jérusalem Pe'a II, 6, la déclaration de R. Yohana et Talmud de Babylone Megilla 19b.

[3] Talmud de Jérusalem Avoda Zara II, 8, p. 41c. Talmud de Jérusalem Berakhot I, 7, p. 3b.

[4] Ephraïm E. Urbach, Les sages d'Israël, Cerf, Paris 1996 (traduit de l'hébreu par Marie-José Jolivet. Edition originale, Jérusalem 1979), p. 319-320

[5] Midrash Agada  Re'e § 9 ; voir Genèse Rabba LXXXII, 5, p. 981 et Tosafot Sanhedrin 89 b, au mot Eliyahu.

 


 

Synthèse F. Breynaert

 

 

Saturday 02. of January 2016 Enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis …

2 janvier – Grèce, Mont Athos : Mémorial de la Panaghia Portaitissa (Sainte Gardienne de la Porte) - Les antiques apparitions de Marie en l'Eglise Anastasie de Constantinople


Afficher les résultats 1 à 1 sur un total de ###SPAN_BEGIN3646

1

2

3

4

5

6

7

Suivante >



{$print} 

 2006 - mariedenazareth.com - Powered by TYPO3