{$alternaterss} {$rssnew}
AccueilProjetMultimédiaPlanDuSiteRechercheContactMembresForumsRSS {$debit_bas}  
Accueil
Vie à NazarethPanorama de sa vieEcritureDoctrine La Prière avec MarieDans le Judaïsme, l'Islam ...La Vierge dans l'ArtLes grands témoins marialsMarie remplit le mondeLes appels d'une mère
Vie à Nazareth au quotidien
Accueil Projet
Français
English
Deutsch
Español
Italiano
Polski
Português
Português brasileiro
Русский
Ελληνικά
العربية
汉语
日本語

Vie à Nazareth au quotidien
Share |
 

Ezéchiel

Le silence du prophète et celui de Dieu

Devant la gravité des évènements, accablé comme Jérémie, Ezéchiel se tait. Dieu fait tout pour le faire sortir de son mutisme : Dieu le comble de vision, mais il se tait, se prosterne (Ez 1,28).

Dieu le charge de dire quatre mots « ainsi parle le Seigneur » (2,4), il se tait...

Dieu le transporte auprès des déportés (il part en exil en 597), il reste hébété pendant 7 jours (Ez 3,15).

Dieu enfin le met devant sa responsabilité « je t’établis guetteur » (Ez 3,17), il se tait encore !

Dieu accepte le silence d’Ezéchiel, il fait de ce silence sa parole (Ez 3,26).

 

Plus tard, Ezéchiel parlera, « et lorsque je te parlerai, je t’ouvrirai la bouche » (Ez 3,27). De façon très explicite ce n’est pas le prophète qui parle, mais c’est Dieu à travers lui.

 

Ceux qui pleurent

Ezéchiel a la vision d'un « homme vêtu de lin et il entend le Seigneur lui dire:

"Parcours la ville, parcours Jérusalem et marque d'une croix au front les hommes qui gémissent et qui pleurent sur toutes les abominations qui se pratiquent au milieu d'elle." (Ez 9, 4)

Et tous ceux qui portent cette croix (ou ce Tau) sont épargnés du châtiment. (Ez 9, 1-6)

Ces paroles du livre d'Ezéchiel préparent et éclairent la béatitude évangélique :

« Heureux les affligés, ils seront consolés. » (Mt 5, 5)

« Heureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez. » (Luc 6, 21).

Les larmes devant les « abominations » (qu'il s'agisse de corruption religieuse ou morale, politique ou familiale) : celui qui n'est pas solidaire du mal, il n'en est pas souillé, il en est lavé, et il est béni de Dieu.

 

La présence de Dieu qui suit les exilés

Tandis que Josias a surtout une notion du mémorial dans le temps (la grâce du Sinaï de nos Pères; elle est pour nous aujourd'hui : Dt 5), Ezéchiel a en plus une notion du mémorial dans l'espace : la Gloire de Dieu se déplace du temple... et rejoint les exilés.

Dieu n’est pas lié à un temple et une terre mais à un peuple. (Ez 9,3 ; 10,4 ; 11, 22-23).

Après l’exil la gloire de Dieu reviendra à Jérusalem. (Ez 43,2), c’est un des aspects de la vision grandiose au début de sa mission (Ez 1) : la gloire de Dieu est un char dont les roues vont dans toutes les directions. L’Esprit de Dieu devient cosmique…

 

La transcendance de Dieu

Il n'est pas possible d'enfermer Dieu dans le Temple, ni dans le cours de l'histoire, ni dans des raisonnements étroits en recherchant l'explication de l'exil dans la faute des pères, pas plus que nous n'avons la mesure du don de manne au temps de l'Exode : Dieu dépasse notre compréhension.

Ezéchiel a un sens profond de la transcendance de Dieu qui ne peut être décrite : il est comme… il avait la ressemblance… il paraissait… (Ez 1). Ezéchiel se tait devant une telle grandeur.

 

Ezéchiel ne tient debout que parce que Dieu le veut bien : l’Esprit entra en moi et me fit tenir debout (2,2), comme lui, Israël n’a rien qu’il n’ait reçu de Dieu.

 

Ezéchiel a le sentiment aigu de son propre néant devant Dieu. Dieu est fidèle même si l’homme n’est plus rien qu’une épave ou qu’il est comme un avorton qui n’est pas lavé lorsqu’il naît. Dieu en prend soin, il garde son Alliance : « Je passais près de toi, et je te dis : vis ! (16,6)… Je te fis croître… je te parais…. Tu t’es infatuée, tu t’es prostituée (16,15)... Je rétablirai mon alliance (Ez 16,62). Mais Dieu relève son peuple qui sera saisi de honte (Ez. 16,63) il agit par égard pour son saint nom (20, 44).

 

L'adoration de la transcendance de Dieu est un baume sur la souffrance de l'exil. Elle est un chemin de foi.

 

Dieu viendra lui-même...

Devant une telle transcendance, les chefs sont incapables de guider le peuple, et Dieu viendra lui-même rassembler son peuple sur son sol (Ez 36, 22-32).

Dieu seul peut prendre soin d'Israël (Ez 34) et le remettre debout (Ez 37).

Il y a là une espérance certaine.

 

Cette annonce de la venue de Dieu pourrait faire rêver de l’incarnation, mais c’est une incarnation pensée au mépris de l’homme, parce que l'homme est incapable, mauvais. L’Evangile modifie cette perspective : lors de l’Incarnation, Marie est saluée « pleine de grâce » et toute l’humanité est élevée.

 


Bibliographie :

- Cahier Evangile n° 38, Ezéquiel, Cerf
- André NEHER, L’exil de la Parole, Seuil, 1980
- Institut international Foi, art et catéchèse. Les Seuils de la Foi. Entrer dans la foi avec la Bible. Jalons pour une catéchèse d'adultes, Parole et Silence 2009, p. 173-174.


Françoise Breynaert

 

Ezéquiel 37 Aletti

Chapelle du collège saint Stanislas, Ljubljana-Šentvid – Slovenie 2006. © Aimable concession du père P. Marko Rupnik, Centro Aletti, Rome.

Saturday 02. of January 2016 Enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis …

2 janvier – Grèce, Mont Athos : Mémorial de la Panaghia Portaitissa (Sainte Gardienne de la Porte) - Les antiques apparitions de Marie en l'Eglise Anastasie de Constantinople


Afficher les résultats 1 à 1 sur un total de ###SPAN_BEGIN3646

1

2

3

4

5

6

7

Suivante >



{$print} 

 2006 - mariedenazareth.com - Powered by TYPO3