{$alternaterss} {$rssnew}
AccueilProjetMultimédiaPlanDuSiteRechercheContactMembresForumsRSS {$debit_bas}  
Accueil
Vie à NazarethPanorama de sa vieEcritureDoctrine La Prière avec MarieDans le Judaïsme, l'Islam ...La Vierge dans l'ArtLes grands témoins marialsMarie remplit le mondeLes appels d'une mère
Marie dans le Judaïsme, l'Islam et les autres religions
Accueil Projet
Français
English
Deutsch
Español
Italiano
Polski
Português
Português brasileiro
Русский
Ελληνικά
العربية
汉语
日本語

Marie dans le Judaïsme, l'Islam et les autres religions
Share |
 

Marie et la bénédiction, cœur de la prière hébraïque

Rabbi Me'ir disait:

« Chaque homme a l'obligation de dire cent bénédictions par jour. »

(Menahot 43b)

Au-delà du cadre officiel du culte à la synagogue, la bénédiction (berakah) est usuelle chez les Juifs dans les différentes actions de la journée: dans l'acte de se réveiller au matin et de se coucher le soir, dans les repas, dans le travail, dans les voyages, dans les événements ou rencontres significatives, dans les maladies et dans la mort elle-même.

« Grâce à la berakah l'univers devient un sanctuaire immense à pénétrer et à traverser avec vénération et contemplation. » [1]

 

La « berakah » (prière de bénédiction) opère un quadruple passage:

1. Du « moi » à Dieu, reconnu Seigneur de toutes les choses;

2. De la possession à l'accueil, parce que Dieu dans sa bonté fait bénéficier l'homme et il lui permet l'usage des réalités créées ;

3. De l'objet au cadeau, car le croyant considère la création comme effet de l'amour gratuit de Dieu;

4. De la manipulation à l'écoute obéissante, c'est-à-dire de l'utilisation des choses à des fins égoïstes au respect de leur intentionnalité voulue par Dieu. [2]

 

Marie entre dans la logique de la bénédiction, parce qu'elle se montre décentrée d'elle-même et projetée vers le Seigneur: se proclame sa "servante" (Lc 1,38 et 48), après en avoir écouté le message, elle loue Dieu de tout son être (Lc 1,46-47).

 

La « berakah » (prière de bénédiction) offre une double joie :

« la joie de se savoir objet de la bienveillance divine et la perception du monde comme parabole d'unité et d'harmonie » [3].

Marie l'a expérimenté, en effet le Magnificat est un hymne joyeux, motivé par l'expérience du regard bienveillant de Dieu sur son humble servante (Lc 1,48) et c'est un chant qui assume le « nous » communautaire ("comme il l'avait dit à nos pères": Lc l,55)

 

En harmonie avec la pitié hébraïque, l'ancien apocryphe « Transitus » met sur les lèvres de la Mère de Jésus, au seuil de la mort, une double série de bénédictions adressées à son Fils ou au Père:

« Je te bénis, signe du ciel apparu sur la terre pour m'élire et demeurer en moi. [...]

Je te bénis toi et tes trois ministres que tu as envoyés pour le ministère des trois voies.

Je te bénis toi et la lumière éternelle dans laquelle tu habites. Je bénis la plantation de tes mains, qui dure à jamais. [...]

Je te bénis, Seigneur de chaque bénédiction, je bénis les domiciles de ta gloire;

je bénis le grand Chérubin de la lumière, devenu ton habitacle en mon sein. [...]

Je te bénis avec toute la force qui m'est promise. »

 


[1] C. DI SANTE, La preghiera di Israele, Casale Monferrato 1985, p.44.

[2] Ibid., p.45-46

[3] F. MANNS, La preghiera d'Israele al tempo di Gesù, Bologna 1996,61.


 

Stefano de Fiores,

Faculté théologique pontificale « Marianum » à Rome.

 

Saturday 02. of January 2016 Enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis …

2 janvier – Grèce, Mont Athos : Mémorial de la Panaghia Portaitissa (Sainte Gardienne de la Porte) - Les antiques apparitions de Marie en l'Eglise Anastasie de Constantinople


Afficher les résultats 1 à 1 sur un total de ###SPAN_BEGIN3646

1

2

3

4

5

6

7

Suivante >



{$print} 

 2006 - mariedenazareth.com - Powered by TYPO3