{$alternaterss} {$rssnew}
AccueilProjetMultimédiaPlanDuSiteRechercheContactMembresForumsRSS {$debit_bas}  
Accueil
Vie à NazarethPanorama de sa vieEcritureDoctrine La Prière avec MarieDans le Judaïsme, l'Islam ...La Vierge dans l'ArtLes grands témoins marialsMarie remplit le mondeLes appels d'une mère
Marie dans le Judaïsme, l'Islam et les autres religions
Accueil Projet
Français
English
Deutsch
Español
Italiano
Polski
Português
Português brasileiro
Русский
Ελληνικά
العربية
汉语
日本語

Marie dans le Judaïsme, l'Islam et les autres religions
Share |
 

Les femmes juives au temps de Jésus

Le culte, chose essentielle aux yeux de la nation, était entièrement entre les mains des hommes. Les femmes n'avaient pas le droit de pénétrer dans les parties les plus sacrées du Temple et elles ne pouvaient intervenir dans les célébrations en tant que prêtres. En conséquence, au cours des cérémonies de sanctification, elles restaient sur les côtés, mais ne se mettaient jamais au centre. Elles avaient leur parvis à l'écart de l'autel.

 

Et pourtant, l'Ecriture rapportait que beaucoup de femmes avaient joué un véritable leadership ou avaient tout au moins disposé d'une influence considérable, depuis Myriam, sœur de Moïse, en passant par des figures de prophétesses ou de sauveurs comme Hulda, au temps de Jérémie, et plus tard Esther. Elles jouèrent donc un rôle essentiel dans la vie politique du pays, déjà dans l'ancien Israël, mais également au cours du siècle précédant la venue de Jésus, ainsi que, parfois, durant la période intermédiaire.

Elles disposaient donc partout de situations importantes en politique et en religion, sauf au Temple. [...] Peut être, à l'origine, le souvenir des prostituées sacrées des cultes païens a-t-il poussé les législateurs du code sacerdotal israélite à maintenir les femmes à l'écart du culte et du Temple dans son ensemble.[1]

 

Mais tout change à partir du moment où, avec les pharisiens, on ne met plus l'accent sur le Temple mais sur les règles de pureté cultuelle, par exemple sur la consommation de nourriture au cours de repas rituels qui n'ont plus lieu seulement dans le temple mais aussi dans les maisons particulières, car à cette époque on considérait comme évident que c'étaient aux femmes de préparer le repas.

Elles se trouvaient donc tout à coup jouer un rôle capital pour tout ce qui concerne l'observance correcte des règles déterminant la pureté rituelle.

Il faut bien voir ici ce qui est en jeu : si on respecte les règles, on consomme sa nourriture comme si on était prêtre et on se retrouve ainsi en état de sainteté.

Les femmes avaient donc désormais le pouvoir d'assurer la sanctification. [2]

 


[1] Jacob Neusner, Le judaïsme à l'aube du christianisme, Cerf, Paris 1986, p. 47-48

[2] Jacob Neusner, Le judaïsme à l'aube du christianisme, Cerf, Paris 1986, p. 91-92

 

Jacob Neusner, (auteur juif)

 

Vitrail Marie Fille de Sion, basilique Ste Marie Majeure, Rome

Vitrail Marie Fille de Sion, basilique Ste Marie Majeure, Rome, © F.Breynaert, CCP$=

Saturday 02. of January 2016 Enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis …

2 janvier – Grèce, Mont Athos : Mémorial de la Panaghia Portaitissa (Sainte Gardienne de la Porte) - Les antiques apparitions de Marie en l'Eglise Anastasie de Constantinople


Afficher les résultats 1 à 1 sur un total de ###SPAN_BEGIN3646

1

2

3

4

5

6

7

Suivante >



{$print} 

 2006 - mariedenazareth.com - Powered by TYPO3